Indicateurs de rentabilité sociale ou indicateurs d'impact économique ? Comment les définir et comment les construire. Comment mesurer les impacts sociaux et économiques en économie sociale et en action communautaire ?

Aide à la recherche

Indicateurs de rentabilité sociale ou indicateurs d'impact économique ? Comment les définir et comment les construire. Comment mesurer les impacts sociaux et économiques en économie sociale et en action communautaire ?

Date : 11/05/2012 - 11:30

Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire a élaboré un certain nombre de principes ainsi qu’une démarche visant l’élaboration d’indicateurs de rentabilité sociale spécifiques au secteur de l’économie sociale et de l’action communautaire. Ces principes ainsi qu’une mise en application de ceux-ci sont consignés dans le document intitulé Indicateurs de rentabilité sociale ou indicateurs d’impact économique ? Comment les définir et comment les construire. Comment mesurer les impacts sociaux et économiques en économie sociale et en action communautaire ?

Le CSMO-ÉSAC offre des activités de formation ciblant la compréhension et la mise en application de ces principes et démarche.

Nous offrons aussi un service de soutien et d’accompagnement pour l’élaboration d’indicateurs de rentabilité sociale et économique, qu’il s’agisse d’indicateurs spécifiques à un ou plusieurs sous-secteur d’activités ou d’indicateurs à portée sectorielle.

Voir le dépliant sur le service de soutien et d'accompagnement

Pour obtenir de l’information concernant l’offre de formation ou les services de soutien et d’accompagnement, veuillez contacter Lynda Binhas au (514) 259-7714 poste 23 ou par courriel à l’adresse suivante : lbinhas@csmoesac.qc.ca

Mesure d'impact social et profil d'auditoire des télévisions communautaires autonomes du Québec
À la demande de la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec, le CSMO-ÉSAC a développé des indicateurs de rentabilité sociale adaptés au secteur des télévisions communautaires et a, sur cette base, mené une étude de mesure d’impact social des télévisions communautaires autonomes. Le questionnaire, construit pour les besoins de l’étude, a été administré auprès de 362 téléspectateurs des trois types de régions identifiés, soit, les régions urbaines et banlieues, les régions hors des grands centres urbains à économie diversifiée et les régions hors des grands centres urbains à économie dépendante. Les résultats préliminaires de l’étude démontrent une écoute régulière, une fidélité d’écoute étendue d’une télévision qui est perçue comme une alternative aux autres médias puisqu’elle informe sur «notre région», sur «notre localité», parcequ’on y «retrouve toutes les informations sur la région» et parce qu’on y obtient «des détails après avoir écouté les grands réseaux télévisés».

La télévision communautaire est jugée nécessaire et utile pour la circulation d’informations, qu’elles concernent les événements locaux ou régionaux,qu’elles concernent la localité ou la région, l’aspect culturel, ou encore les services locaux ou régionaux. L’utilité accordée par les téléspectateurs démontre une importance marquée et une utilité sociale forte tant pour la circulation d’informations générales sur la localité ou la région, pour la création de réseaux sociaux locaux ou régionaux, que pour la solidification de l’identité locale ou régionale.

Complémentairement, les résultats de l’étude démontrent que… plus de la moitié (67 %) des répondants éprouvent un sentiment de fierté àl’écoute des émissions diffusées par leur télévision communautaire ; chez plus de la moitié (56 %) des répondants, la télévision communautaire contribue à l’augmentation du sentiment d’appartenance à la localité ou à la région ; la télévision communautaire répond indéniablement à un besoin aux dires des téléspectateurs qui iront jusqu’à affirmer qu’elle devrait être nettement plus utilisée. Il n’est donc pas étonnant de constater que 69% des répondants affirment que leur télévision communautaire fait partie de leur patrimoine culturel local ou régional. Le rapport sera publié dans le courant de l’hiver 2007.